Ligue de Défense des Alpilles - Hotel de Ville - BP n°20 13990 Fontvieille
secretariat.lda@orange.fr

Mitage en piémont des Alpilles : La truffière, via Aurelia, Saint Rémy de Pce…

Hangar agricole disproportionné aux besoins de l’exploitation

Novembre 2016

Des adhérents de la LDA constatent un chantier en cours. Une construction dans une garrigue clôturée par un grillage de 1,80m de haut doublé d’une haie vive.

Aucun panneau de permis de construire n’est visible de la voie.

07/12/2016

Courrier de la LDA au maire de St Rémy de Pce pour signaler la construction et l’absence d’affichage de permis de construire.

19/07/2017

Réponse du maire : ces travaux sont conformes à un permis de construire délivré le 20/11/2009 pour une station de pompage, travaux nécessaires à l’exploitation agricole située en zone A du POS. 

Les travaux ont commencé dans les délais autorisés, ont été interrompus et ont repris en 2016.

17/02/2017

La L.D.A. envoie un nouveau courrier au maire : la durée de validité du permis et les délais des deux prorogations possibles pour renouveler le document, 5 ans en tout, ont été dépassés. De plus une interruption de travaux de plus d’un an provoque la caducité du permis de construire. Par ailleurs, l’exploitation agricole est encore inexistante et l’appellation « station de pompage » pour un bâtiment de 32 m2 au sol, de 3,35 m à l’égout et 4,20m au faîtage est inappropriée (le pompage se fait déjà au niveau du canal dans un petit cabanon).                                                                                                                                                                           

La LDA demande une copie de la déclaration d’ouverture de chantier signalant le commencement des travaux afin de vérifier si les délais autorisés ont été respectés. 

14/03/2017

Réponse du maire : Aucune déclaration d’ouverture de chantier n’a été déposée. Ce document est obligatoire mais l’absence de sa communication n’est pas verbalisable.

En ce qui concerne la superficie de cette construction, le code de l’urbanisme et le POS de la commune ne fixent pas de seuil maximum de surface.

Deux ans plus tard…30/01/2019 

Avis défavorable du CHAMP (Conseil pour l’Habitat Agricole en Méditerranée/Provence) à une nouvelle demande de permis de construire pour une remise avec logement de fonction et une cave en sous-sol, 720 m2 de plancher. Selon le CHAMP, les plantations ne produiront pas de truffes avant une décennie et il est donc prématuré de construire un logement, seule une remise pour l’entreposage du matériel de 360 m2 sans raccordements aux réseaux peut être envisagée.

03/05/2019 

Le pétitionnaire dépose un nouveau permis pour un hangar de 360m2 de plancher, avec sous-sol et quai de déchargement, les 360 m2 de logement de fonction deviennent un laboratoire pour la transformation des truffes, faîtage de 8,60 m, superficie totale de 720 m2.

11/06/2019 

Le permis est accordé par le maire. Pas d’avis du CHAMP.                                                                                                                                                                                                                     

2020 Les travaux sont en cours. Le panneau de permis de construire est invisible à cause de la haie de pyracanthas.

Le règlement de la zone A du PLU n’autorise que la construction de bâtiments d’exploitation nécessaires à la production agricole.                                                             

La surface au plancher des deux constructions – 720 m2 – pour entreposer le matériel agricole d’une truffière qui n’est pas encore en production pose interrogation.
Le bâtiment de 8,60m au faîtage, implanté au milieu de l’exploitation (entité foncière de plus de 5,8 ha), compromettra la qualité du site et dénaturera un peu plus le paysage du piémont des Alpilles mité de toute part. De plus, la vue sur le massif à partir de la voie Aurelia sera à court terme confisquée sur une distance de 300m par le grillage et la haie de persistants.

La Ligue de Défense des Alpilles lutte pour la défense des terres agricoles et leur exploitation.   

De nombreux vignobles occupent le piémont nord du massif, diversifier la production agricole par des plantations de truffiers, d’amandiers, grenadiers … ne peut que nous réjouir, mais ériger des bâtiments démesurés par rapport aux besoins de l’exploitation est fort regrettable.

Nous espérons que d’autres permis pour la transformation de ces bâtiments en habitation ou/et la construction d’autres « hangars » ne seront ni validés par le CHAMP ni accordés par la mairie.