Ligue de Défense des Alpilles - Hotel de Ville - BP n°20 13990 Fontvieille
secretariat.lda@orange.fr

Contribution à l’enquête publique sur SEDE Environnement

Objet de l’enquête :

Extension de 20% des capacités par SEDE environnement-Tarascon pour le traitement des boues et déchets verts avec notamment le traitement de sous-produits urbains et industriels hors norme. Le compost non normé devant faire l’objet d’un plan d’épandage.

1) Le voisinage de SEDE

L’entreprise SEDE est située sur le territoire de la commune de Tarascon dans la zone UE du PLU. Le règlement du PLU indique que des installations classées sont admises dans la zone UE à condition de ne pas présenter d’incommodité pour le voisinage.
Est-ce-le cas ? NON
Lors du dernier comité de suivi du site, le 19 septembre 2019, la Direction de la prison de Tarascon a fait état de l’invasion de mouches qui rendait impossible l’ouverture de la moindre fenêtre.
Toute personne franchissant le pont sur la RD90 est saisie par l’odeur écœurante émanant de SEDE.
Enfin on ne peut nier les nuisances cumulées ave Fibre Excellence qui produit de l’autre côté de la voie des émanations soufrées. Non loin de ces sites, se trouvent des habitations, une école et des champs cultivés.
Permettre l’extension de SEDE ne ferait qu’aggraver les nuisances subies par le voisinage.

2) Le traitement des produits non normés

Le MRAe, dans son rapport, souligne la faiblesse de l’état d’impact, l’absence d’informations sur les intrants du compost non normé. Elle demande à l’exploitant de compléter l’étude d’impacts en présentant en quoi le projet et son plan d’épandage prennent en compte le programme d’action pour la protection des eaux contre la pollution par les nitrates.
La vraie question qui se pose concerne le sérieux de l’entreprise et la confiance qu’on peut lui accorder.

Lors de l’inspection de la DREAL du 16 octobre 2019, 6 écarts ont été relevés (document joint) : « dépassement volume autorisé, dossiers acceptation préalable manquants, absence d’attestation d’agrément sous-produits animaux catégorie 2, dispositions techniques pour l’envol des poussières, odeur).
Un écart formulé suite aux questionnements de l’inspection et à l’analyse des documents reçus (transfert transfrontalier de déchets). »
Lors de la réunion de CSS du 19 septembre 2019, les réponses à nos questions de la nouvelle inspectrice de la DREAL (au sujet de ces écarts) ne nous ont pas convaincus.
Lors de ce même CSS, nous avons appris qu’il existait un dépassement de rejets aqueux en station d’épuration (rapport de février 2019).

Enfin, nous avons appris récemment et nous lui donnerons la suite qui convient que l’entreprise SEDE avait fait démolir un bâtiment et en avait fait construire un autre sans autorisation.  Infraction pénale. Comment dès lors faire confiance à SEDE environnement ?

3) Le plan d’épandage

La MRAe, dans son rapport, note qu’il existe de nombreuses incertitudes sur la composition du compost à épandre, ce qui implique un suivi des teneurs des sols et des locaux suffisamment dimensionnés pour stocker le cas échéant.
Or l’épandage de compost émanant de SEDE environnement a été l’objet de longues discussions lors du dernier comité de suivi. On a évoqué les plaintes, lors de l’été 2019, en raison de l’odeur pestilentielle qui émanait de certains champs autour de Tarascon. Preuve de la mauvaise qualité du compost ! Un bon compost ne sent pas !
Lors de ce même CSS, a été débattu le problème de la quantité de compost déversée dans les champs. Pour certains membres du CSS, « des agriculteurs libèrent SEDE de ses stocks ».        Un déversement sans limite pour permettre à SEDE de traiter de nouveaux déchets !

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons, Monsieur l’enquêteur, d’émettre un avis négatif au projet de SEDE environnement, objet de cette enquête.