« FIBRE EXCELLENCE » PAPETERIE DE TARASCON. Janvier 2018

Action menée avec France nature Environnement (FNE),  les riverains de l’usine et d’autres associations contre la pollution générée par l’entreprise.

Après les plaintes des riverains en raison des dépôts dans leurs cours, leurs jardins et leurs cultures et après une manifestation bien relayée par la presse, l’Etat a enfin réagi   par deux arrêtés :-arrêté de mise en demeure  arrêté d’urgence – et en créant un comité de suivi. Etant donné la nocivité des rejets (NOX, particules fines, cadmium…), il fallait agir vite.

Le comité de suivi s’est réuni  deux fois : une fois en juin 2017 pour se constituer (Services de l’Etat, Agence Régionale de Santé,  Air paca, Conseil départemental, Chambres, Associations), une deuxième fois, en octobre 2017, dans  l’usine. Un calendrier précis de  mise aux normes nous a été donné. Des  engagements ont été pris. Un suivi  sanitaire a été instauré. Or après le nouvel  incendie de novembre, le départ du directeur et  la nomination d’un nouveau  directeur, des relevés qui ont donné de très mauvais résultats notamment  pour les  particules fines, nous sommes inquiets.

Nous ne demandons pas la fermeture de l’usine mais nous exigeons que la pollution soit jugulée grâce à la pose de filtres vraiment efficaces,  notamment pour le four à chaux.

Nous demandons, d’autre part, que le périmètre impacté soit défini. Nous ne pouvons pas croire que la pollution s’arrête aux frontières de la  commune.

Le SCOT du pays d’Arles

Le pays d’Arles, c’est 29 communes regroupées en  3 EPCI (Crau-Camargue- Montagnette, vallée des Baux-Alpilles, Terre  de Provence).

Le SCOT est un schéma de cohérence territoriale qui s’impose aux PLU.

L’enquête publique a été terminée en octobre ; l’approbation par les 3 EPCI va avoir lieu.

Lors de l’enquête publique, la LDA est intervenue avec FNE 13.Trois projets du  SCOT nous semblent particulièrement dangereux pour notre territoire :

la zone d’activités  de  Fontvieille, près de l’abbaye de Montmajour, sur la petite route conduisant  à  la meunerie romaine, dans un environnement patrimonial  exceptionnel,

-la  consommation de terres agricoles à Saint -Martin de Crau notamment pour des hangars logistiques,

-la  consommation de terres agricoles (178hectares) pour le Marché d’Intérêt National  de Chateaurenard.

Nous avons appelé des associations   du pays d’Arles à travailler ensemble sur le SCOT pour un   éventuel  recours  commun.

Ce qui est en jeu  fondamentalement, c’est une certaine idée du pays d’Arles et plus largement du département : la  disparition des terres agricoles, notamment parmi  les plus  rentables, la disparition de  canaux d’irrigation, qui nourrissent la nappe phréatique, au profit du développement de la logistique, c’est-à-dire du  tout- camion car la part du fluvial et du ferroviaire est  non seulement faible  mais en diminution.

Voulons-nous vivre dans un tel  environnement ?  N’y a-t-il  pas un autre avenir pour la <Provence ?