AG 2017 : commission carrières COMITE DE SUIVI CARRIERES

Un Comité de suivi, c’est quoi ?

C’est une assemblée restreinte uniquement consultative qui a pour mission de contrôler que les lois et les règlements, transcrits dans un cahier des charges correspondant à l’activité soient appliqués.

Il est composé: Des responsables de l’entreprise ou ses représentants nommément désignés, des services de l’état (préfet), le représentant de l’Agglopôle, du Maire de la commune ou son représentant, un représentant du PNRA, de la société civile par l’intermédiaire d’associations nommément désignées et des riverains concernés.

Le comité de suivi se réunit une fois par an, un rapport circonstancier est effectué par un organisme extérieur indépendant.

Il donne les résultats d’exploitation, des actions prévues dans le cahier des charges, le suivi des garanties financières prélevées pour le réaménagement du site. Il est adressé aux participants 15 jours avant la réunion.

Nous participons à deux comités de suivi :

La carrière Lafarges Granulats Sud Est située sur les communes de Sénas/ Eyguières suivie par Gilbert Veyrier et Monique Pignolo

La carrière Omya exploitation à ciel ouvert de carbonate de calcium sur la commune d’Orgon. Suivie par Nicolas DenoiX

Nous avons affaire à deux entreprises qui exploitent des “ carrières“.  Elles sont confrontées à des problématiques similaires. L’extraction et l’acheminement des matériauxvers les installations de traitement dans des conditions très contraignantes, émanation de poussières, de bruit, de vibrations, risque de pollution des eaux de surfaces et souterraines. La production est expédiée par camion. Pour ces deux entreprises le cahier des charges impose la mise en place d’outils de mesures et prélèvements validés par les services de l’état, et  la fréquence des relevés. Les mesures doivent se trouver dans un seuil inférieur ou égal à des valeurs limites normées. En cas de dépassement l’exploitant doit analyser les résultats et mettre tout en œuvre pour corriger l’incident cause du dépassement. Il établit un rapport d’incident qu’il a obligation de transmettre à l’inspection des installations classées

La société OMYA comité suivi de Mai 2017

Est autorisée à exploiter la carrière par arrêté préfectoral d’Aout 2014 pour une durée de 30 ans.

L’usine Omya se trouve à proximité du village d’Orgon et les constructions à usage d’habitation sont nombreuses et très proches. Elle utilise des explosifs pour extraire ses matériaux ce qui rajoute des contraintes strictes pour leur approvisionnement et utilisation.

Omya ce sont 60 emplois directs et une cinquantaine de sous-traitants. La production maximale de l’autorisation préfectorale 1 200 000/an. La production volume extraite en 2016 : 639 000 tonnes pour une production de carbonate de calcium de 548 000 Tonnes.

Depuis l’installation d’Horus les résultats sur les émissions de poussières, le bruit se sont considérablement améliorés. Les résultats de l’ensemble du cahier des charges sont bons.

Un petit bémol concernant les camions qui sortent du site vers Orgon et qui polluent la route (plainte des riverains), normalement les chauffeurs doivent passer dans une aire de nettoyage des roues, certains passent à côté pour gagner du temps. Nous avons demandé que des aménagements soient réalisés pour faire un passage incontournable vers les rampes de nettoyage pour supprimer ce trouble.

Le réaménagement,

Secteur Monplaisant, l’aire a été aménagée pour les visiteurs, offrant une vue générale de la carrière et des aménagements. Les fronts et banquettes ont été modelés et végétalisés par des essences locales. Construction de gîtes à lézards, plantation d’amandiers au pied de l’éperon rocheux.Végétalisation du secteur d’Horus.

Nous avons assisté à un tir d’abattage pour mieux appréhender la méthode et la technique utilisée par les artificiers et ressentir en réel les effets sur les vibrations du sol, le bruit et les poussières générées.

Société LafargesGranulats Comité suivi juin 2016

L’autorisation préfectorale de novembre 2001 autorise d’exploiter une carrière de matériaux colluvionnaires sur les communes de Sénas et Eyguières pour une durée de 15 ans. L’autorisation d’exploitation est arrivée à échéance le 12 novembre 2016.

L’autorisation des autres installations n’est pas limitée dans le temps.

La carrière est éloignée des villages d’Eyguières et Sénas, seuls quelques exploitants agricoles sont à proximité. Il y a environ 5 emplois sur le site. La majorité des points du cahier des charges sont bons.

Deux exceptions:

Des dépassements du seuil réglementaire de quantité de poussières ont été relevés sur les plaquettes en Mars 2015. L’exploitant explique que cela est dû à un fort mistral et au brûlage de déchets plastiques par un agriculteur à proximité des stations de mesure.

Le point noir : La pollution des eaux

Les analyses qualitatives sur les eaux souterraines réalisées en juin et novembre 2015 ont révélé la présence d’entérocoques intestinaux, de spores et de bactéries. Les piézomètres concernés sont localisés à l’Est des bassins de décantation et en bordure de la parcelle Sud Eyguières.

A la demande du comité de suivi l’exploitant refera les analyses sur les piézomètres en 2016.

Les actions en cours

Lafarge poursuit la remise en état de plusieurs parcelles de la carrière.

Un dossier de cessation partielle d’activité  a été déposé pour les parcelles Nord et Sud qui ont été réaménagées.

Les piézomètres sélectionnés pour surveiller l’évolution des impacts de l’ancienne décharge d’Eyguières seront conservés.

Depuis l’arrêt de la carrière début 2016 les installations de traitement ont été démontées. Les piézomètres sont en cours de neutralisation (bouchés dans les règles de l’art pour éviter toute pollution) sauf ceux utilisés pour le suivi des évolutions d’impact de la décharge d’Eyguières.

Lafarge développe une activité d’accueil et de recyclage de déchets inertes du BTP tels que les agglos, carrelages, briques et pierres (ni bois, ni plâtre).

Les perspectives

Lafarge envisage de développer une plateforme en alliant les activités suivantes :

– l’extraction du gisement localisé sous les installations pour la production de granulats naturels

– la poursuite de l’activité centrale béton

– la valorisation de déchets inertes du BTP.

Une bonne nouvelle, le projet d’extraction en nappe alvéolaire est totalement abandonné

Plusieurs scénarios de réhabilitation des parcelles réaménagées Nord Sud.

  • Ces terrains ont fait l’objet d’une demande de reconversion pour l’installation de panneaux photovoltaïques (Il y a déjà un permis accordé sur Eyguières)
  • Ou une version agricole (vignes ou grandes cultures)

Le retour à l’agriculture est fortement envisagé à ce jour : projet ZAP

(zone agricole protégée)